Combien coûte une assurance habitation ?

Il est très difficile de fournir un devis standard pour l’assurance habitation en raison de la grande variété de variables à prendre en compte.

Comment fonctionne l’assurance habitation ?

Le contrat d’assurance habitation est un accord tripartite comprenant un assuré, un assureur et une entreprise d’assurance. Ces intermédiaires doivent être inscrits à l’ORIAS, le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance.

En échange du paiement d’une prime d’assurance (la cotisation), l’assuré reçoit des assurances couvrant un ou plusieurs risques déterminés.

La formule FLAIR

Cette menace doit respecter le principe FLAIR :

  • Avant la signature du contrat, le risque ne doit pas exister.
  • Juridique : il ne sera pas couvert s’il découle d’un comportement illégal (par exemple, incendie suite à une surchauffe des lampes servant à réguler la température du plant de cannabis dans le grenier).
  • Toute personne peut avoir été touchée par l’incendie à tout moment.
  • Non affecté par la volonté de l’assuré : ne doit pas avoir été causé intentionnellement.
  • Existant : Le bien assuré doit être physiquement présent

Qui doit avoir une assurance habitation ?

Le locataire doit avoir une assurance locataire sur le bien loué. Toutefois, cette responsabilité n’est pas obligatoire comme peut l’être l’assurance automobile, mais plutôt volontaire. Par conséquent, le propriétaire d’un bien peut refuser de vous donner les clés si vous n’avez pas d’attestation d’assurance. Si vous travaillez avec une agence, contactez cette dernière.
Les propriétaires ne sont pas tenus par la loi d’assurer leurs biens. Or, en cas de sinistre, les répercussions financières peuvent être catastrophiques. Par conséquent, il est aujourd’hui fortement conseillé d’assurer son habitation contre les risques les plus importants.

A lire aussi :   Faut-il une assurance habitation ?

Comment le coût de l’assurance habitation est-il déterminé ?

La mutualisation du danger

Il faut d’abord comprendre la notion de mutualisation des risques. En effet, cette idée est essentielle en matière d’assurance. Elle repose sur le fait que l’intégralité des indemnités d’assurance sert à couvrir un petit nombre de sinistres, dont les sommes cumulées peuvent tout de même représenter une somme conséquente. Le concept de mutualisation est violé si cette somme dépasse le total des primes.
Cela explique pourquoi, par exemple, des incendies dans le sud peuvent avoir une incidence sur les coûts de l’assurance des propriétaires dans le nord.

Le risque assurable

Le deuxième principe essentiel est la notion de risque assurable. Celui-ci est déterminé en fonction d’un certain nombre de facteurs :

  • La région géographique : certaines régions sont en effet plus sujettes à un certain risque : inondation, vol,….
  • Les caractéristiques du bien :

La maison ? Mitoyenne ou non ?
En ville ou à la campagne ?
Un appartement ? Quel niveau : le premier étage, le dernier niveau, ou des niveaux intermédiaires ?
Combien et quelle taille ont les pièces ?
Présence ou absence de cheminée ?

  • La nature de la relation de l’assuré avec le bien : Propriétaire-occupant ou non ? Locataire ?
  • Probabilité du danger en fonction d’un algorithme conçu à cet effet. Sur la base des dangers qui ont été couverts précédemment.
  • Alternatives choisies par le contrat.

Principales garanties

Il existe des assurances communes à toutes les polices d’assurance habitation.

La responsabilité civile

Cette garantie vous couvre si vous causez des dommages à autrui. Ce peut être le cas si, en jouant dans la rue, vos enfants brisent une baie vitrée appartenant à un voisin.
Cette garantie est généralement couplée à une assistance juridique, vous permettant de prendre en charge les frais de justice si le tiers plaignant engage une action en justice.

A lire aussi :   Assurance de prêt immobilier : que savoir ?

La protection contre l’eau, l’incendie et les catastrophes naturelles

Il s’agit de la formule d’assurance habitation la plus fondamentale. Toutefois, le montant de ces assurances peut varier selon que vous êtes propriétaire ou locataire. Par exemple, le propriétaire non occupant assurera les murs de la maison en cas d’incendie. Le locataire souscrira une assurance du contenu. La prime d’assurance du propriétaire sera plus élevée en raison de la plus grande importance financière du risque. D’autant plus s’il réside également dans la résidence, combinant ainsi la sécurité des murs et du contenu.

Autres garanties

Outre ces garanties fondamentales, il existe d’autres garanties non obligatoires, notamment

Le vol

En cas de vol du contenu de votre maison ou de votre appartement, l’assurance couvrira la valeur des objets volés ainsi que d’autres frais, comme le coût de la réparation d’une baie vitrée ou d’une porte. Selon l’assureur, la différence de couverture sera déterminée par l’application d’une dépréciation aux objets volés (en fonction de leur âge, une baisse de valeur). Comparable à la notion de rabais automobile. Mais également dépendant de la présence ou non d’une preuve de propriété des biens volés. Certains assureurs auront besoin d’une preuve d’achat pour chaque bijou ou équipement high-tech, mais d’autres se contenteront de prendre en compte votre déclaration, éventuellement accompagnée d’une photo des bijoux portés.

Reconstruction à l’identique

Certains assureurs acceptent de reconstruire l’habitation avec les mêmes matériaux, quel qu’en soit le coût au moment du sinistre (marbre, ….). De cette manière, le propriétaire peut s’assurer qu’il dispose d’un bien égal sans avoir à le payer lui-même.

A lire aussi :   Assurance de prêt immobilier : que savoir ?

Un fonds qui peut être utilisé en cas d’urgence

Lorsqu’une calamité survient, il est de notoriété publique que le rapport de l’expert ne sera pas disponible avant un certain temps. D’autant plus lorsque les sinistres se multiplient dans une région géographique restreinte (inondations dans un même village). Disposer d’une réserve d’urgence pour acheter, par exemple, un minimum de vêtements…

La garantie corporelle des occupants

Cela peut surprendre, mais tous les occupants ne sont pas protégés par la police d’assurance du propriétaire. Par conséquent, en cas de dommages corporels dans le cadre d’un risque couvert par l’assurance habitation, les locataires peuvent obtenir une aide ou un versement en espèces en échange des dommages subis.
Ce pourrait être le cas, par exemple, en cas de brûlures causées par un incendie. Si celles-ci vous font de l’effet. Ou encore, si une personne périt dans l’incendie.

Différentes options

Il existe d’autres choix plus spécifiques :

  • Un choix concernant les instruments de musique
  • La prise en charge de la valeur des denrées alimentaires dans le congélateur ;
  • Une option pour le matériel de jardin et de piscine…

Sur le marché, il y a autant de possibilités que d’assureurs. Voire plus. A vous de déterminer vos objectifs et de négocier avec votre assurance pour en inclure certaines à un coût réduit. Dans tous les cas, évitez la précipitation. Prenez votre temps pour être sûr de choisir la meilleure assurance habitation, c’est-à-dire celle qui répond à vos besoins.

Laisser un commentaire